Club Sportif EIC Tourcoing  : site officiel du club de foot de Tourcoing - footeo

LA COUPE DU MONDE DE FOOTBALL (3)

8 juin 2018 - 23:44

France 2018 comme France 1998 ?

Fin de la rétrospective sur les précédentes performances de l'équipe de France en Coupe du Monde.

1978 : Michel Hidalgo est arrivé, Michel Platini aussi. En poule qualificative, la France se débarrasse non sans mal de l’Eire et de son autre bête noire : la Bulgarie. En Argentine, pays organisateur, Bernard Lacombe ouvre le score dès la 11e seconde, face aux Italiens, mais les Transalpins l’emportent quand même (1-2). Le second match contre l’Argentine “fortement” favorisée se terminera par le même score, et le dernier match contre la  Hongrie (victoire 3-1) ne permettra pas à la France d’atteindre les ¼ de finale.La finale oppose l’Argentine aux Pays-Bas, victoire des premiers sur les seconds (3-1) en prolongation.

1982 : En Espagne, pays organisateur, ça commence mal avec une défaite contre l’Angleterre (1-3). Mais la suite se passe mieux : victoire sur le Koweït (4-1), nul avec les Tchèques (1-1), et voilà les Français au second tour, dans une poule à 3, avec l’Irlande du Nord et l’Autriche. Deux victoires plus tard (4-1 et 1-0), la France est à nouveau, comme en 1958, en ½ finale. On se souvient encore de ce match mémorable face à l’Allemagne, l’agression du gardien Schumacher sur Battiston, le score final 3-3 et l’élimination aux tirs au but. Démotivés, nos joueurs s’inclinent (2-3) contre la Pologne pour la 3eme place.

1986 : direction le Mexique. On commence doucement avec une victoire laborieuse sur le Canada (1-0), puis la Hongrie (3-0), avec entre temps, un nul face à l’URSS (1-1) qui nous ouvre la porte des 8e de finale. Dans ce match à qualification directe, Platini venge 30 ans de défaites face aux Italiens (2-0). Puis, la France élimine une belle équipe brésilienne en ¼ (1-1, aux tirs au but), et retrouve à nouveau... l’Allemagne en ½ finale. Cette fois, la défaite est plus logique (Platini, blessé, joue sur une jambe), et les Allemands l’emportent (0-2). Mais la 3eme place ne nous échappera pas : France-Belgique (4-2 après prolongations).

1990 : pas de Français en phase finale. La France ne réussit pas à se qualifier dans une poule a priori facile (Ecosse, Yougoslavie, Chypre, Norvège). La génération Platini, devenu sélectionneur,  n’a pas été remplacée, malgré Boli, Papin, et autres Sauzée.   

1994 : encore une coupe du Monde sans la France. On se souvient encore de cette poule de qualif où, seconde derrière la Suède, il lui suffit de prendre 1 point en 2 matches à domicile. Après une défaite surprise (2-3) face aux Israéliens, il ne fallait pas perdre contre les Bulgares. Il restait 3 minutes à jouer et le score était de (1-1), quand Ginola effectue un centre aveugle en direction de Cantona, mais la balle arrive sur un défenseur bulgare qui relance aussitôt et Kostadinov marque le but de la victoire, qui envoie les Bulgares en Coupe du Monde en Amérique. Quelle déception, surtout si l’on réalise que finalement, le match pour la 3eme place mettra aux prises... les Suédois et les Bulgares.    

1998 : La poule de 4 est dans ses cordes : Afrique du Sud (3-0), Arabie Saoudite (4-0), Danemark (2-1), permettent à la France de se qualifier sans trop de problème pour la suite. En 8e, le Paraguay ne s’en laisse pas compter, et il faut attendre la prolongation  et le but en or de Laurent Blanc (1-0), pour accéder aux ¼ de finale, où l’on retrouve nos “amis” Italiens. Une transversale italienne, de belles occasions des jeunes Thierry Henry et David Trézéguet, mais il faut en arriver aux tirs au but. La chance est avec les français qui l’emportent (4-3). C’est la demi-finale, contre de surprenants Croates... qui ouvrent le score dès le début de la seconde mi-temps, suite à une faute de Thuram mal aligné. Vexé, le Guadeloupéen se vengera en marquant les 2 buts de la victoire.  La France est en finale !!! Le Brésil de Ronaldo aussi. On se souvient de cette finale mémorable, de la défense française intraitable, des 2 têtes de Zidane permettant  de mener 2-0) à la pause,  des interventions décisives de Barthez, de l’expulsion  de Desailly, et du 3eme but, à la 90e minute de Manu Petit.

2002 : fort de son titre de champion sortant, les Français commencent mal (défaite face au Sénégal 0-1), continuent mal (Uruguay 0-0) et terminent aussi mal (Danemark 0-2). Zidane blessé, aucun but marqué, cinq tirs sur les poteaux et la France rentre de Corée plus rapidement que prévu. 

2006 : une qualification difficile, une entame de compétition ardue (Suisse, Togo...) Puis, à partir des 8eme de finale, des exploits en série : Espagne (3-1), Brésil (1-0), Portugal (1-0), et une finale plus ou moins inattendue face à l’Italie. Hélas, le “coup de boule” de Zizou sur Materrazzi, le carton rouge qui s’en suivit, la séance de tirs aux buts, et le raté de Trézéguet qui offre la coupe du monde à nos voisins italiens.        

2010 : les matches de l’équipe de France sont encore dans toutes les mémoires. Un point en 3 matches, 1 nul, 2 défaites. Une "grève" de l'entrainement devant les caméras, et les problèmes de Raymond Domenech avec certains joueurs rendront ridicules les finalistes de l'édition précédente.

2014 : une nouvelle génération prometteuse : Pogba, Griezmann, Varane et compagnie, mènent l'équipe en 1/4 de finale et une défaite honorable contre le futur champion allemand (0-1).

.2018 : avec la même ossature qu'en 2014 et les renforts de Giroud, Mbappé, Pavard... on peut espérer un parcours radieux. Rendez-vous dans quelques jours en Russie.

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 1 Dirigeant
  • 1 Entraîneur
  • 1 Joueur
  • 1 Supporter